Les jeux vidéo expliqués à ta mère






Tout d’abord, qu’est ce qu’un jeu vidéo ? Parce qu’avant de parler d’un sujet il faut en établir les bases. Gardons la définition de Wikipédia afin de clarifier le propos « Un jeu vidéo est un jeu électronique doté d'une interface utilisateur permettant une interaction humaine ludique en générant un retour visuel sur un dispositif vidéo. Le joueur de jeu vidéo dispose de périphériques pour agir sur le jeu et percevoir les conséquences de ses actes sur un environnement virtuel. » Maintenant que le propos est cadré nous allons pouvoir parler de ce qui m’intéresse, à savoir, qu’est-ce que nous apportent les jeux vidéo et pourquoi il faut arrêter de considérer les jeux vidéo comme une chose dangereuse ? Pour faire cet article je vais prendre une série d’affirmations que je vais m’efforcer de démonter de manière méthodique et sans bavure, et pas trop vulgaire pour une fois. Ainsi, si ta mère te dit que les jeux vidéo rendent violent (si, si, elle l’a vu sur TF1) alors à la place de soupirer et de dire « Mais non maman, laisse moi retourner jouer à CSGO avec mes potes », tu répondras : « Mais enfin maman, là n’est pas le propos voyons, est-ce que tu vas dire que les échecs renvoient une vision raciste de la société car les pions blancs commencent toujours les parties ? Non, bah c’est pareil, dans mon jeu la violence n’est pas la fin en soi. Il faut voir ça à la manière d’un jeu coopératif autour d’un objectif qui développe la prise de décisions ainsi que les réflexes ». Ce faisant tu ne dénigres pas la violence effective du jeu, mais tu l’amoindris en montrant ce que cette violence toute relative permet de créer en matière vidéoludique.






Oui, effectivement, ils sont souvent violents, c’est vrai. Mais les jeux vidéo, comme les films ou les livres, apportent une violence justifiée et souvent avec du sens. La violence dans les jeux vidéo est rarement gratuite et rarement sur les civils, même dans GTA quand tu tues un civil, les policiers te recherchent, tout acte entraîne une réaction. La violence est donc un moyen ludo-narratif qui permet de mettre le joueur dans l’action et de lui raconter une histoire ou alors de stimuler sa réaction afin de le faire réagir. Dans certains jeux, la violence crée l’action. Je pense notamment à God of War mais c’est vrai pour beaucoup de jeux, où la thématique tourne autour de cela. Mais il y a beaucoup de jeux sans actions violentes, comme Undertale où l’on peut faire tout le jeu sans aucune violence, ou encore tous les jeux de gestion. La violence n’est jamais inutile, ou quand elle l’est, elle est dénoncée de la sorte. Accuser un jeu d’être violent est rarement pertinent, on peut accuser un jeu de mal gérer sa violence, oui, mais les exemples sont rares et non représentatifs de la création jeux-vidéoludique de façon générale (je pense à Carmageddon, ou encore Hatred, et encore, dans celui là, c’est une question de dénonciation de la violence du quotidien).





Les jeux vidéo n’ont pas de morale donc. Bon, je vais pas m’éterniser pour dire que c’est faux, presque tous les jeux ont une morale, des fois bancales, oui je l’accorde, mais elle est présente tout de même. Je pense en premier lieu à Ico qui nous parle de l’importance de l’amitié et de l’entraide. Mais il n’y a pas que ça, l’univers du jeu vidéo est rempli de messages et de choix qui influencent notre morale. Par exemple dans The Last Of Us, les choix que fait le personnage principal, parfois immoraux, nous font toujours réfléchir. Tout comme tous les jeux de TellTale, ou encore Life is Strange, où les choix que nous faisons sont encore plus importants, vu que nous les faisons directement et qu’ils ont une influence directe sur notre expérience de jeu. Les choix moraux et éthiques sont omniprésents et représentent une grande part de ce qui fait que les gens aiment les jeux vidéo. C’est parce qu’ils nous font réfléchir sur des thématiques que l’on ne traite de la même manière nul part ailleurs, ainsi, quoi de mieux pour réfléchir sur les conséquences de la guerre que de devoir gérer un groupe de réfugiés en pleine guerre civile dans This War Of Mine, ou encore de voir l’impact de la guerre chez un soldat dans Spec Ops TheLine. Je trouve important de comprendre que dans les jeux vidéo les messages sont encore plus forts car c’est nous qui déclenchons l’action, personne ne meurt ou ne fait quoi que ce soit si le joueur ne le décide pas.






Pour ça je vais pas y aller par quatre chemins, oui et non. Enfin pour ça je peux pas faire de déclaration claire et nette, vu que ça dépend des gens. Mais les gens deviennent accros aux jeux vidéo parce que ça les fait oublier la réalité, comme il y a des gens accros aux livres, aux séries ou encore aux films ou aux réseaux sociaux. Là, il ne faut pas se dire que l’ennemi à abattre c’est le jeu vidéo, loin de là. C’est comme si vous cassiez la cabane d’une personne qui s’y cache, elle ira se cacher ailleurs. Il faut plutôt se demander « pourquoi cette personne préfère être sur son ordinateur plutôt qu’avec nous ? ».






Alors non, pas du tout, il y a très exactement autant de joueurs que de joueuses, et qui jouent à la même chose. Par contre, si tu veux dire que les jeux vidéo sont machistes, je peux pas trop te donner tort. Mais en même temps, les jeux vidéos sont relativement nouveaux et ne demandent qu’a s’adapter. La création de jeux vidéo est encore un monde très masculin, mais les choses vont changer j’en suis sûr. Mais des figures féminines dans l’industrie du jeu vidéo, il y en a, je pense notamment à KimSwift, la créatrice de Portal. Mais après, la démarche de faire des jeux « pour les filles » je trouve ça pire. Autant laisser les filles jouer à n’importe quel jeu et faire en sorte que tout les jeux soient pour n’importe quel sexe.





Les jeux vidéo sont une passion pour beaucoup, et comme n’importe quelle passion, de la collecte de timbres à la pêche, cela créé irrémédiablement des liens. Alors accuser les jeux vidéo de créer de la solitude, c’est faux. Prenons un exemple, un gamin de 13 ans se fait malmener à l’école et il en a trop honte pour en parler à ses parents. Et quand il peut, il joue à un jeu en ligne, il rencontre des gens, on lui dit qu’il est bon, il prend confiance en lui, il trouve des partenaires de jeux réguliers de qui il se rapproche, il en discute avec eux, certains sont plus vieux que lui et lui donnent des conseils, et cela règle le problème. C’est une des forces des jeux vidéo, la communauté est tellement importante que souvent des jeunes sont confrontés à des plus âgés, et si les choses marchent bien et si l’ambiance est bonne, alors c’est productif pour les deux. Alors je vous le dis, les jeux vidéo créent nettement plus d’amitiés que de solitude.






Alors à toi, mère ou père hypothétique, je te le dis, n’ai pas peur des jeux vidéo. Si tu ne comprends pas pourquoi ton enfant passe ses journées dessus, ce n’est pas grave. Si c’est possible essaie de jouer avec lui, de comprendre l’intérêt qu’il trouve à tel ou tel jeu. Peut-être que vous trouverez une activité en commun, qui lui rappelle les mêmes sensations qu’il peut avoir lors d’activités plus classiques : comme la jubilation d’avoir quatre coups d’avance sur son adversaire dans un VersusFighting, peut se trouver lors d’une partie d’échecs ; ou bien les choix cruciaux d’un jeu TellTale, qui peuvent se retrouver dans une partie de jeu de rôle. Tout ça est similaire, alors essaie de comprendre ton enfant, et ne le discrédite pas parce que tu n’y vois pas la même chose que lui.

Et toi ? Quelle est ta relation aux jeux vidéo ? T'as des jeux favoris ? Dis moi tout.




Commentaires